bh-fond-jaune

Benoît Hamon

49 ans • Parti Socialiste

Ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire et à la Consommation puis ministre de l'Éducation nationale entre 2012 et 2014, député des Yvelines, Benoît Hamon est le candidat de la Belle Alliance Populaire désigné par les primaires citoyennes des 22 et 29 janvier 2017.

comprendre

décrypter son
programme

Un modèle social entre révolution du travail et santé solidaire

Le travail et les parcours professionnels 

Benoît Hamon souhaite abroger la loi Travail et rétablir la prévalence du Code du travail sur les conventions et accords collectifs négociés par les partenaires sociaux.

Il veut aussi inciter financièrement les entreprises à valoriser la réduction du temps de travail. Cette réduction pourrait prendre des formes multiples (semaines de 4 jours, congé sabbatique, temps partiel), mais la durée légale de travail n’en sortirait pas modifiée.

Le candidat propose d’adopter un revenu universel d’existence atteignant, à terme, 750 euros.

Enfin, Benoît Hamon souhaite lutter contre le « salariat déguisé des entreprises ubérisées ».

Notre système de protection sociale 

Benoît Hamon affirme son attachement aux valeurs universelles de notre modèle social. Estimant que « la meilleure assurance santé […], c’est la Sécurité sociale », il entend sanctuariser les financements alloués à l’institution et mettre un terme aux politiques d’allègements de cotisations sociales.

Les sujets de société : les points saillants 

Le candidat souhaite mettre en place un « service public du soutien scolaire » pour donner à tous des chances égales de réussite. La création d’un service public de la petite enfance fait également partie de ses propositions.

Benoît Hamon promet de faire sortir la France du diesel à l’horizon 2025, et de constitutionnaliser les biens communs que sont l’eau, l’air, la terre et la biodiversité.

Il propose également de créer un « visa humanitaire », et se prononce pour une vision ouverte de la laïcité.

La santé : l’essentiel 

Les propositions du candidat s’articulent autour de 3 axes principaux : la création du « médecin généraliste ville-hôpital » ; le renforcement des politiques de prévention, notamment en santé environnementale ; et le soutien à l’hôpital public.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Benoît Hamon préconise une réforme fiscale d’ampleur qui comprendrait : une refonte de l’impôt sur le revenu, fusionné avec la CSG ; une taxe sur les robots intelligents ; et plus largement le transfert des cotisations patronales assises sur le travail vers une taxe sur la valeur ajoutée générée par les entreprises ou sur leur chiffre d’affaires.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Benoît Hamon préconise une réforme fiscale d’ampleur qui comprendrait : une refonte de l’impôt sur le revenu, fusionné avec la CSG ; une taxe sur les robots intelligents ; et plus largement le transfert des cotisations patronales assises sur le travail vers une taxe sur la valeur ajoutée générée par les entreprises ou sur leur chiffre d’affaires.

accès aux soins

accès aux soins

Concernant l’accès aux soins, Benoît Hamon se dit favorable à la généralisation du tiers payant. Pour lutter contre les déserts médicaux, il souhaite créer une « mission nationale d’accès aux soins » intégrée à chaque Agence régionale de santé ainsi qu’un nouveau statut de « médecin généraliste ville / hôpital ». Il veut aussi développer les maisons de santé pluridisciplinaires.

Pour « en finir avec l’inégale répartition des soins de premier recours sur le territoire », il juge intéressant de ne plus autoriser le conventionnement des médecins qui s’installeraient dans une zone déjà fortement dotée.

Le candidat souhaite enfin rediscuter la tarification à l’activité au sein des hôpitaux qui, selon lui, organise une concurrence entre les établissements.

complémentaire santé

complémentaire santé

Au sujet des complémentaires santé, Benoît Hamon propose que les aides publiques servant à financer l’accès à ce type de couverture puissent bénéficier de façon égale aussi bien aux salariés du secteur privé, qu’aux fonctionnaires, retraités, étudiants et chômeurs de longue durée.

Il milite également pour augmenter le niveau des remboursements de la sécurité sociale en matière de prothèses auditives, dentaires et d’optique.

santé du futur

santé du futur

Ni les déclarations et publications, ni un programme du candidat ne permettent d’identifier des propositions à ce stade.

médicament

médicament

La politique du médicament doit, selon Benoît Hamon, être plus transparente dans son évaluation, et dans la fixation du prix des traitements. Le candidat défend par ailleurs un système de « licences d’office » pour « rendre générique immédiatement un médicament dont nous jugeons qu’il est indispensable ».

demain le travail

demain le travail

Son programme s’articule sur une grande mutation des conditions de travail : instauration « d’un droit inconditionnel au temps partiel » accompagné d’une compensation salariale ; reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle ou encore instauration d’un droit universel à la formation tout au long de la vie.

Afin de lutter contre le « salariat déguisée des entreprises ubérisées », Benoît Hamon souhaite requalifier les « collaborateurs » en salariés bénéficiant de droits et de protections.

La création d’un statut social de l’actif doit, quant à elle, permettre de « dépasser la distinction entre salariat et travail indépendant ». En ce sens, il prône notamment la suppression du régime social des indépendants (RSI).

Pour le candidat socialiste, l’instauration d’un revenu universel d’existence permettrait d’« éradiquer la grande précarité et contribuer à définir un nouveau rapport au travail et au temps libre ». Fixé à terme à 750 euros, le revenu universel serait mis en place de façon progressive, avec dans un premier temps une revalorisation du RSA de 10% et un versement automatique à tous les jeunes de 18 à 25 ans.

prévention, santé et environnement

prévention, santé et environnement

Le candidat socialiste fait de la prévention un axe fort de son programme santé.

Ses propositions s’intéressent à la lutte contre l’alcoolisme, le tabagisme, les effets des pesticides ou les perturbateurs endocriniens – à travers le lancement d’une grande conférence nationale « Ecologie / Prévention / Protection / Santé » –, à la création d’un grand plan national « sport et santé », à la santé au travail – avec la reconnaissance du burn-out… Dans le cadre de la promotion de la santé à l’école, le candidat souhaite remplacer la « Semaine du goût », créée selon lui par les lobbies de l’agroalimentaire, par la « Semaine de la nutrition et du goût ».

Benoît Hamon entend légaliser le cannabis, et encadrer sa commercialisation. Il propose de consacrer les « 568 millions d’euros annuels utilisés pour la répression à des fins de prévention ».

maintien de l'autonomie

maintien de l'autonomie

Benoît Hamon souhaite encourager la création de places dans les Ehapd publics, mais aussi dans les Ehpad créés par l’économie sociale et solidaire (associations, fondations et mutuelles). Quant au financement de la dépendance, le candidat se déclare opposé à la création d’une journée de solidarité, sa préférence allant à l’intégration obligatoire d’une « assurance dépendance » dans les complémentaires santé et prévoyance, comme le font déjà certaines mutuelles.

l'essentiel

Infographie Candidat

Partager cette infographie