Fiche sur le programme d'Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle

Emmanuel Macron

39 ans • En marche !

Ancien haut fonctionnaire et banquier d'affaires, Emmanuel Macron a été ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique de 2014 à août 2016. Il est le fondateur du mouvement « En Marche », et candidat à l'élection présidentielle depuis le 16 novembre dernier.

comprendre

décrypter son
programme

Sortir du clivage gauche-droite, c’est possible ?

Le travail et les parcours professionnels

Emmanuel Macron prône la fin des 35 heures pour les jeunes et l’adaptation du temps de travail selon l’âge, avec des accords de branches professionnelles pour négocier des réductions jusqu’à 32 heures hebdomadaires à partir de 50 ans, sur la base du volontariat.

Fini aussi la retraite au même âge pour tous : Emmanuel Macron propose des départs de 60 à 67 ans en fonction des métiers.

Autre pilier du système Macron, sécuriser les parcours professionnels pour les individus : les travailleurs indépendants, les autoentrepreneurs ou encore les salariés après une démission auraient droit à l’assurance-chômage.

Le revenu universel de base ? Le candidat de « En marche ! » se présente comme celui qui permettra « aux Français de vivre de leur travail ». Il souhaite encourager la reprise d’un emploi, en renforçant la prime d’activité pour les bénéficiaires du RSA.

Enfin, Emmanuel Macron souhaite nationaliser l’association chargée de la gestion de l’assurance-chômage (l’Unédic, pour Union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce), jusqu’ici gouvernée par les partenaires sociaux.

Notre système de protection sociale

L’ancien ministre de l’Economie propose d’élargir et d’augmenter la CSG (contribution sociale généralisée) afin de remplacer les cotisations d’Assurance chômage et d’Assurance maladie.

Il n’exclut pas non plus un mode de financement basé sur la consommation (TVA) ou des taxes sur la pollution.

Les sujets de société : les points saillants

Le fondateur de « En marche ! » veut rendre les écoles primaires autonomes dans leur gestion.

Emmanuel Macron souhaite également réformer la carte scolaire pour faciliter la mixité sociale dans les écoles.

Une vision ouverte de la laïcité et de l’immigration est développée dans ses propositions.

La santé : l’essentiel

Elle est placée comme une des 5 priorités dans le programme d’Emmanuel Macron, et s’articule autour de 3 points principaux : une politique de prévention renforcée, le décloisonnement entre l’hôpital et la ville, et déverrouiller le financement de l’innovation appliqué à la santé.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Le candidat propose une refonte des modes de financement de la protection sociale : « nous devons prendre nos responsabilités, être clairs. Logiquement, cela implique que notre système de protection sociale soit moins financé par des cotisations sociales assises sur le travail et plus par l’impôt. Il faut que le financement de notre protection sociale, refondée, porte davantage sur la consommation, la pollution, ou d’autres revenus que ceux du seul travail ».

Emmanuel Macron propose ainsi de remplacer les cotisations d’assurance chômage et maladie des salariés par une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), à l’assiette plus large. Quelles en seraient les conséquences, selon le candidat ? Les Français verraient leur pouvoir d’achat augmenter. La hausse de la CSG serait limitée à 1,7 point, précise Emmanuel Macron, et ne concernerait pas les retraités les plus modestes, ni les chômeurs.

La réforme des modes de financement de la protection sociale proposée par le candidat cible plus particulièrement les bas salaires. La suppression de la « totalité » des prélèvements au niveau du SMIC devrait permettre de diminuer de « 10 points » les prélèvements pour les salarié.e.s concerné.e.s. Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) serait transformé en allègement de charges. Cette transformation représente, pour le candidat, une « mesure de compétitivité et de lisibilité ».

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Le candidat propose une refonte des modes de financement de la protection sociale : « nous devons prendre nos responsabilités, être clairs. Logiquement, cela implique que notre système de protection sociale soit moins financé par des cotisations sociales assises sur le travail et plus par l’impôt. Il faut que le financement de notre protection sociale, refondée, porte davantage sur la consommation, la pollution, ou d’autres revenus que ceux du seul travail ».

Emmanuel Macron propose ainsi de remplacer les cotisations d’assurance chômage et maladie des salariés par une hausse de la contribution sociale généralisée (CSG), à l’assiette plus large. Quelles en seraient les conséquences, selon le candidat ? Les Français verraient leur pouvoir d’achat augmenter. La hausse de la CSG serait limitée à 1,7 point, précise Emmanuel Macron, et ne concernerait pas les retraités les plus modestes, ni les chômeurs.

La réforme des modes de financement de la protection sociale proposée par le candidat cible plus particulièrement les bas salaires. La suppression de la « totalité » des prélèvements au niveau du SMIC devrait permettre de diminuer de « 10 points » les prélèvements pour les salarié.e.s concerné.e.s. Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) serait transformé en allègement de charges. Cette transformation représente, pour le candidat, une « mesure de compétitivité et de lisibilité ».

accès aux soins

accès aux soins

Emmanuel Macron préconise l’exercice regroupé pour les professionnels de santé, plus propice à favoriser un accès aux soins de qualité. S’il juge la gouvernance de notre système de santé « équilibrée et satisfaisante », il souhaite donner plus d’autonomie aux acteurs de santé et notamment aux acteurs présents sur les territoires.

Lorsque cela est possible, il propose de favoriser la complémentarité et les partenariats entre l'hôpital à la médecine de ville : « de nouvelles possibilités de contractualisation seront ouvertes, voire des forfaits pour les publics sensibles, comme les plus jeunes ou les plus âgés, en laissant le choix au praticien de s’engager ou non ».

S’agissant de la rémunération des médecins, le paiement à l’acte ne peut être pour lui « le mode unique de rémunération ».

Concernant les conditions financières de l’accès aux soins, Emmanuel Macron se prononce contre le déremboursement des soins utiles aux patients et aux usagers.

complémentaire santé

complémentaire santé

Evoquant le secteur de l’assurance, Emmanuel Macron souhaite « reprendre la main ». Il juge les mécanismes de régulation actuels trop rigides pour permettre le financement de l’économie réelle, y compris dans le domaine de l’assurance santé.

Emmanuel Macron considère que la couverture santé des Français doit être améliorée. Il propose de passer progressivement, d’ici la fin du quinquennat, à une prise en charge à 100% des lunettes, des prothèses dentaires et des prothèses auditives. Pour atteindre cet objectif, il préconise un travail commun entre les régimes obligatoires et complémentaires pour parvenir « à une meilleure régulation de ces marchés ». Il souhaite également plus de transparence sur les prix de ces produits et de concurrence pour les faire baisser.

santé du futur

santé du futur

Le candidat de « En marche ! » souhaite déverrouiller le financement de l’innovation appliquée à la santé. Il estime que les nouvelles technologies vont profondément modifier l’accès aux soins et les comportements des usagers : « regardez la télémédecine, certains ont bloqué au début, considéraient que ça n’était pas la réponse. Mais en développant la télémédecine, vous réduisez massivement les frais de déplacement qui grèvent le budget de la Sécurité sociale. Vous réduisez massivement des coûts induits qui aujourd’hui nous handicapent. Donc nous avons besoin de plus d’innovations, mais en même temps de se donner là aussi le temps, c’est-à-dire d’avoir une gestion sur plusieurs années de nos dépenses et de nos stratégies de santé et d’assurance maladie ».

Emmanuel Macron souhaite mener une politique volontariste en matière d’innovation en santé. Le candidat appelle à « plus d’objets connectés et d’innovation dans le numérique ». Cette politique doit selon lui être encouragée par de l’investissement privé, mais aussi « par une simplification de nos procédures d’autorisation de mise sur le marché ».

médicament

médicament

Emmanuel Macron entend continuer à valoriser le générique et développer la vente à l’unité du médicament, celle-ci étant selon lui une piste « d’économies massives ».
Il souhaite encourager les innovations thérapeutiques et l’industrie pharmaceutique qui les porte. Selon le candidat, les laboratoires pharmaceutiques ne doivent pas être la variable d’ajustement de la politique de remboursement ou de déremboursement des médicaments : « Il faut payer les médicaments au juste prix quand il y a derrière des innovations ». A cet égard, il souhaite donner aux laboratoires pharmaceutiques « une visibilité sur plusieurs années ».

demain le travail

demain le travail

Les propositions d’Emmanuel Macron semblent aller dans le sens d’une sécurisation des parcours professionnels, et de l’adossement des droits sociaux à l’individu, et non au statut. Ses premières formulations rejoignent la logique d’individualisation induite par le Compte Personnel d’Activité (CPA) : « il faut s’adapter aux individus. On peut ainsi imaginer que les branches professionnelles négocient une possibilité pour les salariés qui le souhaiteraient de travailler moins à partir de 50 ou 55 ans : 30 heures, 32 heures, pourquoi pas ? En revanche, quand on est jeune, 35 heures, ce n’est pas long. Il faut donc plus de souplesse, plus de flexibilité ».

Pour redonner du pouvoir d’achat aux petits salaires et inciter les chômeurs à reprendre un emploi, Emmanuel Macron compte, dans un premier temps, renforcer la prime d’activité, qui a remplacé le RSA activité et la prime pour l’emploi il y a un an. Le ciblage actuel, concentré sur les personnes gagnant 0,8 à 1 SMIC et s’éteignant à 1,3 SMIC, serait conservé.

prévention, santé et environnement

prévention, santé et environnement

Emmanuel Macron estime que notre système de santé est trop axé sur les soins. Il souhaite le réorienter vers davantage de prévention, à travers l’engagement d’une politique ambitieuse : « la 5ème et dernière priorité qui doit être la nôtre, dans la vie quotidienne de nos concitoyens, c’est de faire en sorte que les Français deviennent maîtres de leur santé. Nous voulons un système de santé qui nous empêche de tomber malade plutôt qu’un système de santé qui soigne bien, tout simplement. Nous voulons mieux prévenir. »

Le candidat Macron souhaite ainsi revaloriser en priorité « l'acte de prévention » et dans le même temps confier « à d'autres », les tâches administratives des médecins.

maintien de l'autonomie

maintien de l'autonomie

Ni les déclarations et publications, ni un programme du candidat ne permettent d’identifier des propositions à ce stade.

l'essentiel

Infographie Candidat

Partager cette infographie