Nicolas DUPONT-AIGNAN

Nicolas Dupont-Aignan

55 ans • Debout la France

Administrateur civil, député de l’Essonne, fondateur et président de « Debout la France », Nicolas Dupont-Aignan est candidat à l’élection présidentielle depuis le 15 mars 2016.

comprendre

décrypter son
programme

Le gaullisme social, qu’est-ce que c’est ?

Le travail et les parcours professionnels

Nicolas Dupont-Aignan propose de créer la « sécurité professionnelle », garantissant à chaque salarié la constitution d’un capital-formation au fil de son parcours, et lui donnant la possibilité de réorienter sa carrière.

En matière de retraite, le député de l’Essonne propose un système par points, permettant de choisir sa date de départ à la retraite. Les statuts sociaux des fonctionnaires et des salariés du secteur privé seraient alignés.

Enfin, Nicolas Dupont-Aignan se déclare séduit par « l’idée d’un revenu de base nettement supérieur au montant actuel du Revenu de Solidarité Active (RSA), mais non cumulable avec d’autres allocations ».

Notre système de protection sociale

Nicolas Dupont-Aignan propose de financer la protection sociale par l’impôt, plutôt que par les cotisations sociales.

Il souhaite encadrer strictement la Couverture Maladie Universelle (CMU) et supprimer l’Aide Médicale d’Etat (AME), afin de limiter « les abus responsables des déficits de la Sécurité sociale ».

Les sujets de société : les points saillants

Le candidat prône une « école du mérite et de l’effort », portée, par exemple, par la réforme de la formation des enseignants.

De manière générale, Nicolas Dupont-Aignan souhaite lutter contre tous les abus et les formes d’assistanat dans la société.

Il se prononce pour une vision plutôt stricte de la laïcité et du contrôle de l’immigration.

La santé : l’essentiel

Les propositions du candidat s’articulent autour de 3 axes prioritaires : lutter contre les déserts médicaux, accorder une attention particulière à la pénibilité de certaines professions, et faire de la France un modèle en matière d’intégration des personnes handicapées.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Nicolas Dupont-Aignan souhaite limiter les abus et ainsi le déficit de la Sécurité sociale en encadrant strictement la CMU, et en supprimant l’AME. Les étrangers en situation irrégulière seraient par exemple orientés vers des dispensaires spécifiques.

Parallèlement, le candidat propose d’augmenter de 10% les salaires et de baisser d’un tiers les charges sociales : le coût de cette mesure serait financé par la lutte contre les abus (par exemple fraude à la Carte vitale ou au RSA) et la suppression de l’« assistanat ».
Enfin, un plafond maximum pour toutes les aides sociales perçues serait instauré et, selon le projet présidentiel du candidat, les étrangers devraient travailler légalement pendant 5 ans avant de pouvoir prétendre aux aides sociales.

Nicolas Dupont-Aignan estime que la question du financement de l’Assurance Maladie est « un problème de recettes et non de dépenses ». Selon le candidat, la relocalisation d’environ 1 million d’emplois doit permettre une hausse des cotisations pour financer notre système de protection sociale.
Le candidat propose que les dépenses d’assurance maladie augmentent de 2,5 % par an (contre 2,1 % prévu pour 2017). Ce niveau d’évolution des dépenses permettrait, selon lui, d’absorber les nouveaux besoins au regard du vieillissement de la population.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Nicolas Dupont-Aignan souhaite limiter les abus et ainsi le déficit de la Sécurité sociale en encadrant strictement la CMU, et en supprimant l’AME. Les étrangers en situation irrégulière seraient par exemple orientés vers des dispensaires spécifiques.

Parallèlement, le candidat propose d’augmenter de 10% les salaires et de baisser d’un tiers les charges sociales : le coût de cette mesure serait financé par la lutte contre les abus (par exemple fraude à la Carte vitale ou au RSA) et la suppression de l’« assistanat ».
Enfin, un plafond maximum pour toutes les aides sociales perçues serait instauré et, selon le projet présidentiel du candidat, les étrangers devraient travailler légalement pendant 5 ans avant de pouvoir prétendre aux aides sociales.

Nicolas Dupont-Aignan estime que la question du financement de l’Assurance Maladie est « un problème de recettes et non de dépenses ». Selon le candidat, la relocalisation d’environ 1 million d’emplois doit permettre une hausse des cotisations pour financer notre système de protection sociale.
Le candidat propose que les dépenses d’assurance maladie augmentent de 2,5 % par an (contre 2,1 % prévu pour 2017). Ce niveau d’évolution des dépenses permettrait, selon lui, d’absorber les nouveaux besoins au regard du vieillissement de la population.

accès aux soins

accès aux soins

Nicolas Dupont-Aignan fait de la lutte contre les déserts médicaux une priorité de son programme santé. Plus généralement, il propose d’élaborer un schéma national des services publics de proximité (hôpitaux, bureaux de poste, trésoreries, cantonnements militaires) pour mettre fin aux fermetures anarchiques de sites et répartir les équipements entre les villes petites et moyennes.

Il recommande également l’augmentation du numerus clausus de médecins d’un tiers pour atteindre la formation de 10 000 praticiens par an, et de systématiser les bourses pour les étudiants, en échange de 10 années d’installation à l’issue de leurs études dans une zone pauvre en médecins. La diminution des cotisations sociales pour les professionnels de santé installés dans des régions à faible densité médicale fait également partie des mesures proposées.

Enfin, le candidat propose d’ouvrir 1 000 maisons de santé sur tout le territoire, afin d’assurer la couverture des communes de 3 500 à 10 000 habitants.

Concernant les conditions financières de l’accès aux soins, Nicolas Dupont-Aignan préconise d’améliorer le remboursement des soins dentaires de base, des lunettes et des prothèses auditives.
Le candidat se prononce pour l’abrogation du tiers-payant généralisé.

Afin de lutter contre les dépassements d’honoraires, Nicolas Dupont-Aignan propose d’augmenter les tarifs de base de tous les professionnels de santé.
Concernant le prix d’une consultation chez un généraliste, le candidat souhaite le porter à 35 euros. Le coût supplémentaire de 2,5 milliards d’euros qui en découlerait pour l’Assurance Maladie, les complémentaires santé et les ménages serait largement compensé, selon le candidat, par l’évolution du parcours de soins. A ce égard, Nicolas Dupont-Aignan souhaite recentrer la médecine de ville sur le premier recours, afin que l’Hôpital se trouve nettement moins sollicité par les patients.

complémentaire santé

complémentaire santé

Nicolas Dupont-Aignan estime qu’il n’y a pas de petits ou de gros risques permettant de délimiter les rôles entre assurance maladie obligatoire et assurance maladie complémentaire.
Le candidat se prononce pour la préservation de la Sécurité Sociale et ne souhaite pas accorder une place plus importante à l’avenir aux complémentaires santé dans le système de soins.

santé du futur

santé du futur

Ni les déclarations et publications, ni un programme du candidat ne permettent d’identifier des propositions à ce stade

médicament

médicament

Ni les déclarations et publications, ni un programme du candidat ne permettent d’identifier des propositions à ce stade

demain le travail

demain le travail

La proposition de créer « une sécurité professionnelle » garantissant à chaque salarié la constitution d’un capital-formation lui permettant de réorienter sa carrière est exprimée.
Par ailleurs, le candidat souhaite remplacer le système actuel du RSI (Régime social des indépendants , professions non agricoles).

prévention, santé et environnement

prévention, santé et environnement

Sans en détailler les mesures précises, le candidat évoque la nécessité de mettre en place une véritable politique de prévention, basée notamment sur les nouvelles technologies et les nouveaux outils de dépistage.
Dans cette perspective, Nicolas Dupont-Aignan propose de rembourser à chaque Français âgé de plus de 40 ans, un bilan de santé régulier.

maintien de l'autonomie

maintien de l'autonomie

Nicolas Dupont-Aignan souhaite faire de la France un modèle de l’intégration du handicap dans la société (création de centres relais, développement du braille, de la langue des signes , intégration dans les écoles et dans le monde du travail).
A ce titre, il souhaite consacrer 5 milliards d'euros à la politique du handicap.
Parmi les mesures principales proposées, on trouve notamment :
*L’augmentation de l'Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) de 200 euros sur l’ensemble du quinquennat (coût : 2,5 Md€) et l’élargissement des conditions d’attribution pour faire passer le nombre de bénéficiaires de 1 à 1,2 million (coût : 500 M€).
*La révision des modalités d'aides techniques pour l'équipement comme pour l'adaptation du domicile, en mettant l’accent sur l'innovation. *Le candidat propose la création d'un fonds de 100 M€ par an pour mieux les financer.
*L’accès à une formation professionnelle pour les employés qui demandent le statut de travailleur handicapé.
*L’augmentation du nombre d'Instituts médico-éducatifs accueillant des enfants en situation de handicap.
*La définition d’un statut protecteur pour les lanceurs d'alertes (professionnels, parents, proches) dénonçant des dysfonctionnements et maltraitances au sein d’établissements et institutions.
*Un accès facilité au télétravail pour les personnes à mobilité réduite.

Sur la question du maintien de l’autonomie, le projet présidentiel du candidat propose de faire de la dépendance et du soutien aux aidants une grande cause nationale.

l'essentiel

Infographie Candidat

Partager cette infographie