L’accès aux soins & Vous

Présidentielle 2022

Vous avez la parole !

La Mutualité Française vous invite à prendre la parole sur l’accès aux soins dans notre pays.

Partagez votre expérience et vos idées, que vous soyez patient, aidant d’un proche malade ou en situation de handicap, ou bien citoyen soucieux de l’avenir de notre système de santé.

Je témoigne

 

Vous avez la parole !
Patient, aidant d’un proche malade ou en situation de handicap… Partagez votre expérience sur l’accès aux soins dans notre pays.
Rédigez votre contribution
Patrick Lambert Homme, 69 ans, retraité, 15 - Cantal
0
Vous avez salué ce post

Bonjour, j’aimerais avoir un médecin dans ma commune et obtenir un rendez-vous chez le médecin plus vite. J’habite une commune de 1 200 habitants, et la première ville est à 20 minutes de voiture. Ce qui fait long pour consulter, et coute cher vu le prix de l’essence, le parking pour se garer.

Les mutuelles pourraient faire quelque chose pour aider à avoir plus de médecins dans les petites communes. Sinon, rembourser le stationnement quand on doit se rendre dans une ville chez le médecin. Car au bout, ça coûte cher au retraité que je suis.

Merci.

James Homme, 38 ans, employé, 59 - Nord
0
Vous avez salué ce post

Bonjour,

Je suis sur Lille, il devient très difficile de trouver un médecin traitant. La plupart des médecins généralistes sont obligés de refuser les nouveaux patients, sinon les délais deviennent délirants.

Pour les spécialistes, ne comptez pas sur le CHU, impossible de prendre rdv en Ophtalmologie, Gastroentérologie, Dermatologie…
Je suis obligé d’aller dans le privé ou la plupart sont en secteur 2 (honoraires libres) et encore, certaines spécialités sont très difficile d’accès car nous manquons de médecin.

HILDEGARDE D’ORLÉANS Femme, 64 ans, retraité, 45 - Loiret
0
Vous avez salué ce post

Bonjour,
Je suis diabétique de type 2 avec plusieurs injections d’insuline par jour.

J’habitais jusqu’au 15 avril 2018 à toulouse.

Je me suis rapprochée de mon fils unique qui vit et travaille sur ORLÉANS depuis septembre 2009.

Tant que je vivais sur TOULOUSE je n’avais pas besoin de me mettre en recherche d’un diabetologue, d’un medecin traitant, d’un rhumatologue, d’un gynecologue, d’un cardiologue, d’un dermatologue.

Quand je questionnais mon fils pour savoir s’il avait un médecin traitant sur ORLÉANS il ne me répondait pas et pour cause.

Depuis le 15 avril 2018 c’est UN CAUCHEMAR le mot est tellement faible pour trouver les mêmes médecins spécialistes que j’avais à TOULOUSE.

C’est ce qu’ils appellent ici dans le LOIRET un désert médical très étendu.

Avant qu’ils délocalisent il y a plus de 20 ans la faculté de médecine D’ORLÉANS sur TOURS.

Monsieur le Premier Ministre Jean Castex à annoncé avant les élections présidentielles 2022 que la faculté de médecine D’ORLÉANS allait refonctionner.

Je n’y crois absolument pas : 20 après l’avoir délocalisé sur TOURS.

J’en suis à mon troisième médecin traitant sur ORLÉANS.

Mon premier médecin traitant à refusé de me faire un courrier pour le pneumologue qui avait accepté de me recevoir faisant des rhumes de cerveau très handicapants avec une toux qui m’a laissé des douleurs très douloureuses entre les deux omoplates.

J’ai fait une chute de mon lit fin décembre 2021.

Mon médecin traitant actuel n’ayant rien pu faire.

MarieB07 Femme, 65 ans, retraité, 07 - Ardèche
1
Vous avez salué ce post

Il me semble important de prendre de vraies mesures permettant à chaque citoyen.ne de se faire soigner.
Pour ma part, à ce jour, je peux aller voir mon médecin traitant à pied (2 km), mais il va bientôt partir en retraite, et aucun.e remplaçant.e n’est actuellement prévu. Ceci est inquiétant lorsqu’on a plusieurs pathologies à traiter, et donc besoin d’un suivi régulier.
Concernant les soins dentaires, je n’ai pas trouvé plus près qu’à 50 km = 1 h de route (et grâce à une célèbre plateforme de prise de rendez-vous), mais cela est lourd, car il n’y a pas de possibilité de transport en commun et je dois me faire accompagner.
Concernant l’optique, afin d’obtenir un rendez-vous dans un délai raisonnable, pour le moment, mon conjoint et moi allons à 250 km de notre domicile, ce que nous ne pourrons pas faire encore très longtemps. Et ceci n’est envisageable qu’en l’absence de pathologie nécessitant un suivi important.
Je considère que la consultation à distance est plus un pansement qu’un vrai progrès. Il est nécessaire que les nouveaux professionnels de santé prennent la mesure du besoin de soins sur l’ensemble des territoires de la République, et acceptent un minimum de contraintes pour garantir à tou.te.s un accès à l’ensemble des soins dont chacun.e a besoin.

Charcol Femme, 77 ans, retraité, 34 - Hérault
0
Vous avez salué ce post

Proche « aidante », je m’épuise en recherches d’aides: surtout vsl (qui abandonnent les uns après les autres les trajets non rentables), aides financières après des heures de dossiers à remplir et envoyer à différentes adresses avant de trouver celle qui accepte. Des solutions de repos mais encore des dossiers et pas de places aux dates souhaitées (épuisée en janvier mais établissement ouvert en juillet/août et si ouvert, attente de réponse pour aide possible après heures de dossier…) Donc abandon plutôt que d’ajouter encore de la fatigue sans savoir l’issue des demandes…
Pas de problème pour l’accès aux soins si quelqu’un peut assumer le suivi de tous les rdv et si il y a des disponibilités de la part des personnels spécialisés….
Ensuite, dans les centres de rééducation en hospitalisation de jour ou complète, 3 fois 1/2 heure de soins (kiné+ orthophoniste + ergothérapeute , par exemple) c’est un peu léger!
Et soins d’urgence???? Que faire en cas d’urgence vitale lorsque le régulateur du SAMU envoie des pompiers bénévoles sans connaissances médicales ….plusieurs exemples…

Feferi Femme, 26 ans, cadre ou profession intellectuelle supérieure, 35 - Ille-et-Vilaine
0
Vous avez salué ce post

J’ai appelé une quinzaine de médecin un jour où j’étais malade pour avoir un rendez-vous d’arrêt maladie. L’un d’eux m’a heureusement rappelé dans la journée pour me proposer un créneau, mais j’allais abandonner, sans savoir quelles seraient les conséquences sur mon travail. J’habite pourtant dans une grande ville qui n’est pas connue pour être un désert médical.

Dans un département plus touché par la désertion, j’ai dû supplier une secrétaire médicale d’avoir un rendez-vous parce que j’avais besoin d’avis médical à cause de grosses douleurs.

Pauline Femme, 70 ans, retraité, 972 - Martinique
0
Vous avez salué ce post

– Attendre un an pour avoir un rendez-vous chez l’ophtalmo
– Les généralistes comme les spécialistes ( dentistes, ophtalmo ne prennent de nouveau patients)
– Pas d’accord avec les médecins qui ont des dépassements d’horaires
– Reste à charge non respecté par certains prestataires de soins

pepette Femme, 64 ans, retraité, 31 - Haute Garonne
0
Vous avez salué ce post

Destruction du systeme de sante : obligation de changer de département pour se faire soigner à condition de trouver un médecin qui accepte de vous prendre en charge.
Alors que les cotisations des mutuelles sont de plus en plus élevées il n’y a plus de médicaments qui sont pris en charge pour arthrose, dermatologie et ne parlons pas des lunettes et des dents cela n’est pas un luxe sans oublier les dépassements d’honoraires qui sont hors de prix

Cleo Femme, 774 ans, retraité, 24 - Dordogne
0
Vous avez salué ce post

A la suite d’une erreur de diagnostic de sa part et que je lui ai fait remarquer mon médecin traitant est entré dans une grande colère et a décidé qu’il ne serait plus mon médecin traitant. Motif: rupture de confiance !!! Il m’a même interdit de consulter les trois autres médecins de son cabinet !! En a-t-il le droit ? Et maintenant, je ne trouve plus de médecin traitant, tous autour de chez moi, ne prennent de nouveaux patients. Alors je fais comment pour continuer le traitement que je dois prendre à vie???

Charger plus