L’accès aux soins & Vous

Présidentielle 2022

Vous avez la parole !
Patient, aidant d’un proche malade ou en situation de handicap…, venez partagez votre expérience sur l’accès aux soins dans notre pays.
Rédiger votre contribution
Simone Femme, 30 ans, employé, 07 - Ardèche
0
Vous avez salué ce post

Violences conjugales

Société que de communication? Un numéro d appel pas de suivi ni aide derrière ni soutien….

Bonne conscience par le financement d assos multiples inefficaces sans traçabilité des cas des femmes individuels et mesures d urgence.

Un épuisement voulu de ces femmes livrées à elles mêmes avec des professionnels sociaux incompétents. Leurs souffrances et stress ne sont pas pris en compte.
Une justice trop lente.
Derrière la femme des familles des enfants qu on laisse couler…
Ce n est pas une société solidaire. Où sont les valeurs de solidarité d aide pour ces familles détruites ? On détruit la femme par l inaction et on la culpabilise .
Où est la prevention dans tous les collèges et lycées de France pour l l’égalité ? De la com de la com….
Réveillez vous Messieurs, que faites vous?
Je croyais que la France était le pays des droits de l homme et de la femme avec ses valeurs universalistes. Je me suis trompée. J ai rêvé. Pays des droits de l homme oui. J ai honte de mon pays!

fabienne Femme, 59 ans, profession intermédiaire, 60 - Oise
0
Vous avez salué ce post

abandon de l’obligation de la déclaration d’un médecin traitant pour optimiser les remboursements Sécurité sociale

AnneMarie Femme, 63 ans, retraité, 82 - Tarn-et-Garonne
0
Vous avez salué ce post

La ville de Montauban, 60 000 habitants, manque de médecins généralistes.
Il y a 5 ans, j’ai eu le plus grand mal à trouver un nouveau généraliste pour ma mère âgée de 96 ans, le sien ayant fermé son cabinet.
Ce médecin ne donne pas satisfaction dans le suivi médical et relationnel.
Depuis il est impossible de changer de docteur car ils refusent tous de nouveaux patients.
Un secrétariat de cabinet médical m’a dit avoir quinze appels par jour de gens en recherche de médecins.

Socrate Homme, 58 ans, employé, 51 - Marne
0
Vous avez salué ce post

Ma contribution porte sur les principaux problèmes que rencontrent notre système de santé aujourd’hui et qui devraient être, chacun pour leur part, de vrais sujets dont les candidats à l’élection présidentielle devraient s’emparer, voir résoudre pour celui qui l’emportera.
1/ La fatigue et la rémunération des soignants
2/ Les déserts médicaux et la liberté d’installation des médecins
3/ Les dépassements d’honoraires et l’accès aux soins
4/ La fragilité de l ‘hôpital publique

Marie-Thérèse Femme, 58 ans, sans activité professionnelle, 78 - Yvelines
0
Vous avez salué ce post

Comment faire face à la pénurie de spécialistes. Même à l’hôpital, on les perd ! Je fais partie de ces personnes en ALD, pour qui un suivi parallèle est nécessaire. À une période, j’étais suivie à l’Hôtel Dieu. Les remaniements pour récupérer les locaux de cet Hôpital au foncier attractif, ont fermé les services un à un, pour ensuite, au vu du bilan, disposer du terrain en plein cœur de capitale.
Quand sera-t-il mis fin à la désorganisation de l’hôpital, au seul regard de la rentabilité ! Quand débarquerons-nous ceux qui sont aux manettes de cette destruction massive et qui conduisent tout le système à sa perte… Les grandes unités, froides et vides de personnels (pompidou) ne font pas mieux que les petites structures qui s’activaient avec plus de dynamisme et de motivation. La première des choses pour le personnel est la sécurité sur son lieu de travail, les moyens donnés et le salaire. Ceux sont ces trois leviers sur lesquels il faut agir. Nous avons le devoir d’améliorer les conditions de travail de nos soignants. Aucun personnel ne s’insurge s’il est témoin d’une petite anomalie et ne le signalera pas s’il doit perdre du temps et se dira qu’un autre le fera… Donner du sens aux métiers de la santé, de l’intérêt, mais pas seulement dans sa seule noblesse. Il faut que le cadre soit de qualité, (sécurité, modernisation et salubrité des lieux, formation continue, passerelle entre les filières, attractivité financière)

Maruschka33 Femme, 63 ans, retraité, 17 - Charente-Maritime
0
Vous avez salué ce post

Souffrant depuis de nombreuses années d’un lymphoedème sur les deux membres inférieurs, j’ai besoin d’un kiné qui pratique le drainage lymphatique manuel.
Dans mon département, seuls 3 kinésithérapeutes sont répertoriés par l’association pour le traitement du lymphoedème et ils sont situés dans les villes côtières. Ailleurs, les kinés pratiquent des soins à l’aide de machines soit disant adaptées mais au bout de 30 séances, pas d’amélioration notable.
Perte de temps, perte d’argent pour la SS et moi-même. Seule la rentabilité compte !

Monica Femme, 50 ans, employé, 09 - Ariège
0
Vous avez salué ce post

Difficulté au nom de la liberté individuelle d aider par l acces aux soins son conjoint atteint d une maladie psychique. Refus d aide par les médecins généralistes. Pas de solution sinon le recours au juridique….C est triste d en arriver là par refus de soins….

Pour le suivi des enfants le psychiatre demande le consentement du père et de la mère. Tout le monde se couvre et donc pas de suivi des enfants puisque le père refuse un suivi psy pour lui et donc pour ses enfants….Cela bloque tout…. On ne peut pas avancer et soutenir ses enfants. …Que faire????
Je ne comprends pas ce système. Cela n aide pas les aidants ni les familles. C est très lourd épuisant.

Pierre Homme, 64 ans, retraité, 78 - Yvelines
1
Vous avez salué ce post

Comment concevoir que les délais d’attente auprès des spécialistes soient une perte de chance pour nos proches malades ? Un parent atteint d’une maladie rare dégénérative a du attendre plusieurs mois avant d’avoir accès à un spécialiste, au risque de perdre la vie avant le RDV. Une chance pour nous, il a tenu bon et est toujours parmi nous aujourd’hui, avec un traitement qui fonctionne.
Mais combien de personne ne sont plus là pour cause de RDV trop lointains ?

BOB Homme, 48 ans, cadre ou profession intellectuelle supérieure, 28 - Eure-et-Loir
0
Vous avez salué ce post

Il existe plusieurs sujets majeurs en matière de santé mais, à mon sens, nous devrions prioriser:

– la fin de la tarification à l’acte qui libéralise la santé et dénature l’offre en santé publique ( favoriser la tarification de l’activité, le service rendu à la population)

– la désertification médicale: cesser la politique de l’incitation pour que les médecins se déploient sur le territoire. Accepter que 3 années d’exercice soient priorisées sur les territoires en tension pour les généralistes et 5 années pour les spécialistes en début de carrière , sous peine de déconventionnement (les vrais libéraux s’installeraient où ils veulent). cela représente un tiers de leurs études seulement et peut-être resteraient-ils.

– la création de centre de santé polyvalents qui rapprocherait la santé somatique et la santé mentale, tout n’est pas que psychiatrie et la souffrance mentale n’est pas synonyme de maladie psychiatrique. Intégrer la prévention, le rétablissement dans la médecine.

Charger plus