Le programme santé et protection sociale de Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle de 2017

Marine Le Pen

48 ans • Front National

Députée européenne élue depuis 2004, présidente du Front national, Marine Le Pen est candidate à l'élection présidentielle depuis le 8 février 2016.

comprendre

décrypter son
programme

Préférence nationale et protection sociale font-ils bon ménage ?

Le travail et les parcours professionnels

Le programme de Marine Le Pen fait une large place à la ré industrialisation de la France autour notamment des entrepreneurs, des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des artisans.

Concernant le temps de travail, la candidate ne souhaite pas revenir sur les 35 heures. Cependant, la négociation d’une augmentation proportionnelle au salaire pourrait être prévue.

Le départ à la retraite est quant à lui envisagé dès l’âge de 60 ans dans le programme du Front National, avec toutefois quelques précautions dans sa mise en œuvre. Un alignement des régimes privés et publics est également envisagé.

Si le revenu universel ne figure pas au programme du FN, Marine Le Pen réfléchit à la question d’un revenu non cumulable avec d’autres aides.

Notre système de protection sociale

Marine Le Pen fait de la lutte contre la fraude et les abus une priorité pour réduire le déficit de la Sécurité sociale.

Le financement de la protection sociale serait quant à lui assuré par diverses taxes (capital, ou produits à bas coût).

La candidate souhaite supprimer l’Aide Médicale d’Etat (AME), en vue de son remplacement par une aide exclusivement applicable pour les patients au pronostic vital engagé ou en cas de risque majeur de santé publique.

Les sujets de société : les points saillants

La Présidente du Front National fait une large place à la préférence nationale, en matière d’emploi ou d’accès aux droits, et propose une réforme de l’acquisition de la nationalité.

Marine Le Pen développe une vision stricte de la laïcité et du contrôle de l’immigration.

Une priorité est accordée à la réforme du système éducatif, portée par les valeurs de discipline et de patriotisme.

La santé : l’essentiel

Les propositions du Front National se concentrent autour des 3 points suivants : lutter contre les déserts médicaux, réformer le système des complémentaires santé, et créer une 5e branche de la Sécurité sociale consacrée à la dépendance.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

La candidate du Front National souhaite réaliser des économies grâce à « la lutte contre la fraude, le gaspillage et la désorganisation » dans notre système de santé.
A cet effet, Marine Le Pen propose la création d’une carte vitale biométrique, adossée à la carte nationale d’identité.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

La candidate du Front National souhaite réaliser des économies grâce à « la lutte contre la fraude, le gaspillage et la désorganisation » dans notre système de santé.
A cet effet, Marine Le Pen propose la création d’une carte vitale biométrique, adossée à la carte nationale d’identité.

accès aux soins

accès aux soins

La suppression de l’AME est proposée, en vue de son remplacement par une aide exclusivement applicable pour les patients au pronostic vital engagé ou en cas de risque majeur de santé publique.

La candidate du Front National souhaite aussi une prise en charge adéquate des soins coûteux (notamment l’optique et le dentaire), garantie à tous les Français. Plus largement, sur les conditions de prise en charge de la santé des Français, une réflexion en profondeur, à mener de façon transparente et collégiale avec l’ensemble des parties prenantes, est réclamée.

Concernant l’accès aux soins sur le territoire, les propositions de Marine Le Pen se concentrent sur la lutte contre les déserts médicaux. La candidate souhaite relever le numerus clausus des médecins et instaurer un stage d’internat dans les zones à faible densité médicale.

Sur la même question, le collectif « usagers de la santé », chargé de soumettre des propositions à la candidate du FN, préconise le développement des maisons de santé pluridisciplinaires, et la création d’un service civique de santé dans les territoires à faible densité, sur la base du volontariat.

Afin de désengorger les hôpitaux, et les services d’urgence en particulier, le collectif souhaite privilégier la prise en charge ambulatoire, et renforcer la coordination entre l’hôpital et la médecine de ville.

Il propose enfin de réformer la gouvernance du système de soins, via une refonte des groupements hospitaliers de territoire (GHT) et une gouvernance hospitalière davantage ouverte aux personnels soignants et aux patients.

complémentaire santé

complémentaire santé

Marine Le Pen souhaite revenir sur la réforme « néfaste » des contrats responsables qui est « une véritable aubaine pour les organismes complémentaires, subventionnés par l’argent public », dont « les cotisations restent élevées, mais dont les remboursements s’effondrent ». Selon la candidate, cette réforme « introduit à court-terme une aggravation des inégalités d’accès aux soins, et à moyen-terme une véritable fracture sanitaire ».
Les propositions du collectif « usagers de la santé » de la candidate vont dans le même sens, celui-ci préconisant d’encadrer les organismes complémentaires en imposant plus de transparence sur l’utilisation des cotisations.

Par ailleurs, le remplacement des mutuelles étudiantes, jugées trop chères et inefficaces, par une intervention directe de l’Assurance-maladie, est évoqué.

De manière générale, la candidate s’engage à ne pas réduire la prise en charge de soins par l’Assurance maladie, et s’oppose fermement à la privatisation des dépenses de soins.

Marine Le Pen souhaite réviser la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C) et l’Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé (ACS), afin qu’ils bénéficient au plus grand nombre, sans effet de seuil. En particulier pour l’ACS, la candidate préconise des campagnes de communication renforcées auprès du grand public afin de lutter contre le non-recours aux droits.

santé du futur

santé du futur

La candidate du Front National souhaite mettre à contribution les ingénieurs et les entreprises innovantes pour améliorer la prise en charge des patients : dispositifs de santé connectée, téléassistance et télésurveillance doivent être développés pour optimiser notre système de santé.

Marine Le Pen propose la création d’un fonds d’investissement pour l’innovation en santé, en partenariat avec la BPI. Les subventions seraient accordées aux start-up innovantes qui s’engagent à rester sur le territoire français, et à ne pas revendre pendant 10 ans leurs technologies à des entreprises étrangères.

médicament

médicament

Marine Le Pen souhaite agir sur le prix du médicament, en utilisant la licence d’office, qui permet de commercialiser un médicament générique, avant même que le brevet du médicament autorisé n’a expiré.
Elle préconise aussi la vente des médicaments à l’unité, afin d’éviter les trafics en France et à l’étranger.

Enfin, la candidate souhaite une participation de la recherche publique à l’élaboration de nouveaux traitements, afin de ne pas laisser cette prérogative à de grandes puissances financières.

demain le travail

demain le travail

Marine Le Pen souhaite engager une réflexion sur les nouvelles formes de protection sociale à destination des travailleurs indépendants, et sur l’ubérisation du travail.

prévention, santé et environnement

prévention, santé et environnement

Le collectif « usagers de la santé » propose de renforcer les plans « cancer » et « Alzheimer », et de créer un grand plan de lutte contre la douleur chronique.

maintien de l'autonomie

maintien de l'autonomie

La candidate du Front National préconise la création d’une 5e branche de la Sécurité sociale, consacrée à la dépendance et au handicap. Marine Le Pen souhaite aussi que la France redevienne un leader mondial de la « Silver économie ».

Plus largement, le collectif « usagers de la santé » propose notamment de :
- Encourager le tiers-payant pour les retraités ayant des ressources modestes mais légèrement supérieures au seuil de la CMU-C
- Assurer une meilleure reconnaissance au statut d’aidant familial, et favoriser le maintien à domicile des personnes âgées et dépendantes
- Transférer au Fonds Solidarité Vieillesse (FSV) les crédits dégagés par la suppression de l’AME

Sur le volet handicap, le collectif formule plusieurs recommandations :
- Revaloriser l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) à hauteur du seuil de pauvreté
- Créer des mesures plus incitatives à l’embauche de personnes handicapées
- Accélérer la mise en conformité des infrastructures aux critères d’accessibilité, plusieurs fois reportée.

l'essentiel

Infographie Candidat

Partager cette infographie