Le programme santé et protection sociale de Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle de 2017

Marine Le Pen

48 ans • Front National

Députée européenne élue depuis 2004, présidente du Front national, Marine Le Pen est candidate à l'élection présidentielle depuis le 8 février 2016.

comprendre

décrypter son
programme

Préférence nationale et protection sociale font-ils bon ménage ?

Le travail et les parcours professionnels

Le programme de Marine Le Pen fait une large place à la réindustrialisation de la France autour notamment des entrepreneurs, des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des artisans.

Concernant le temps de travail, la candidate ne souhaite pas revenir sur les 35 heures. Cependant, la négociation d’une augmentation proportionnelle au salaire pourrait être prévue.

Le départ à la retraite est quant à lui envisagé dès l’âge de 60 ans dans le programme du Front National, avec toutefois quelques précautions dans sa mise en œuvre. Un alignement des régimes privés et publics est également envisagé.

Si le revenu universel ne figure pas au programme du FN, Marine Le Pen réfléchit à la question d’un revenu non cumulable avec d’autres aides.

Notre système de protection sociale

Marine Le Pen fait de la lutte contre la fraude et les abus une priorité pour réduire le déficit de la Sécurité sociale.

Le financement de la protection sociale serait quant à lui assuré par diverses taxes (capital, ou produits à bas coût).

La candidate souhaite supprimer l’Aide Médicale d’Etat (AME), en vue de son remplacement par une aide exclusivement applicable pour les patients au pronostic vital engagé ou en cas de risque majeur de santé publique. Pour « sauver notre système de protection sociale », elle oppose par ailleurs réduction des prestations sociales et mise en œuvre de la priorité nationale. C’est pourquoi elle est favorable à la création, pour les étrangers, d’un délai de carence de deux ans avant d’avoir accès au système de protection sociale français.

Les sujets de société : les points saillants

La Présidente du Front National fait une large place à la préférence nationale, en matière d’emploi ou d’accès aux droits, et propose une réforme de l’acquisition de la nationalité.

Marine Le Pen développe une vision stricte de la laïcité et du contrôle de l’immigration.

Une priorité est accordée à la réforme du système éducatif, portée par les valeurs de discipline et de patriotisme.

La santé : l’essentiel

Les propositions du Front National se concentrent autour des 3 points suivants : lutter contre les déserts médicaux, réformer le système des complémentaires santé, et créer une 5e branche de la Sécurité sociale consacrée à la dépendance.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Marine Le Pen souhaite garantir la Sécurité sociale pour tous les Français, ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’Assurance Maladie. La candidate du Front National propose de pérenniser son financement en simplifiant l’administration du système, en luttant contre la gabegie financière et en investissant dans les nouveaux outils numériques pour permettre des économies durables. Concrètement, Marine Le Pen souhaite professionnaliser les équipes de lutte contre la fraude et optimiser l’utilisation des outils numériques pour détecter les abus (data mining, data matching). Elle propose également de durcir les sanctions et de veiller au recouvrement des fraudes détectées. La candidate estime à 1 milliard d’euros le coût de la fraude aux prestations sociales et à 20 milliards d’euros le coût de la fraude aux cotisations sociales. Les économies attendues s’élèveraient, selon Marine Le Pen, à 8 milliards d’euros.

De nouvelles « mesures de justice sociale », telles que la création d’un bouclier social pour les indépendants, la restauration de l’universalité des allocations familiales, la revalorisation de l’AAH et l’ASPA, ou encore la création d’un 5ème risque pour la dépendance, seront financées par des économies de gestion, la lutte contre la fraude et la baisse des dépenses sociales qui découlera de la réduction drastique des flux migratoires.

Marine Le Pen refuse toute hausse de la TVA et de la CSG, et souhaite maintenir l’ISF.
Elle propose par ailleurs d’abaisser les charges sociales des TPE-PME de façon lisible et significative en fusionnant l’ensemble des dispositifs d’allègement des charges sociales de manière dégressive. Cet allégement de charges pour les entreprises sera conditionné au maintien de l’emploi.

Financement de la protection sociale

financement de la protection sociale

Marine Le Pen souhaite garantir la Sécurité sociale pour tous les Français, ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’Assurance Maladie. La candidate du Front National propose de pérenniser son financement en simplifiant l’administration du système, en luttant contre la gabegie financière et en investissant dans les nouveaux outils numériques pour permettre des économies durables. Concrètement, Marine Le Pen souhaite professionnaliser les équipes de lutte contre la fraude et optimiser l’utilisation des outils numériques pour détecter les abus (data mining, data matching). Elle propose également de durcir les sanctions et de veiller au recouvrement des fraudes détectées. La candidate estime à 1 milliard d’euros le coût de la fraude aux prestations sociales et à 20 milliards d’euros le coût de la fraude aux cotisations sociales. Les économies attendues s’élèveraient, selon Marine Le Pen, à 8 milliards d’euros.

De nouvelles « mesures de justice sociale », telles que la création d’un bouclier social pour les indépendants, la restauration de l’universalité des allocations familiales, la revalorisation de l’AAH et l’ASPA, ou encore la création d’un 5ème risque pour la dépendance, seront financées par des économies de gestion, la lutte contre la fraude et la baisse des dépenses sociales qui découlera de la réduction drastique des flux migratoires.

Marine Le Pen refuse toute hausse de la TVA et de la CSG, et souhaite maintenir l’ISF.
Elle propose par ailleurs d’abaisser les charges sociales des TPE-PME de façon lisible et significative en fusionnant l’ensemble des dispositifs d’allègement des charges sociales de manière dégressive. Cet allégement de charges pour les entreprises sera conditionné au maintien de l’emploi.

accès aux soins

accès aux soins

La suppression de l’AME est proposée, en vue de son remplacement par une aide exclusivement applicable pour les patients au pronostic vital engagé ou en cas de risque majeur de santé publique.

La candidate du Front National souhaite aussi une prise en charge adéquate des soins coûteux (notamment l’optique et le dentaire), garantie à tous les Français. Plus largement, sur les conditions de prise en charge de la santé des Français, une réflexion en profondeur, à mener de façon transparente et collégiale avec l’ensemble des parties prenantes, est réclamée.
Selon Marine Le Pen, il est nécessaire de faire émerger de nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé, comme par exemple une rémunération forfaitaire tenant compte du nombre de patients par professionnel.
Elle souhaite maintenir le secteur 2, mais précise que les médecins doivent fixer leurs honoraires avec « le tact et la mesure » prévus dans le Code de santé publique.
La candidate du Front National se prononce pour un plafonnement des restes à charge pour les patients et usagers. Quant au tiers-payant, Marine Le Pen souhaite supprimer son caractère obligatoire, et permettre aux Français qui en ont besoin de le demander à leur médecin qui décidera alors de la prise en charge, en fonction de la fragilité financière et de la santé de son patient.

Concernant l’accès aux soins sur le territoire, les propositions de Marine Le Pen se concentrent sur la lutte contre les déserts médicaux. La candidate souhaite relever le numerus clausus des médecins et instaurer un stage d’internat dans les zones à faible densité médicale.
Dans ces zones sous-dotées, elle propose également de permettre aux médecins retraités d’y exercer avec des déductions de charges, et par ailleurs d’y développer les maisons de santé.

Les propositions de la candidate ont pour ambition de protéger la complémentarité du double système de santé public et libéral.
Elle souhaite notamment le maintien des hôpitaux de proximité au sein des territoires, et l’augmentation des effectifs de la fonction publique hospitalière.
Marine Le Pen propose de remettre à plat la tarification à l’activité au sein des Hôpitaux, qui induit selon elle « une logique comptable dans les établissements où seul le bien-être des patients devrait avoir droit de cité ».

complémentaire santé

complémentaire santé

Marine Le Pen souhaite revenir sur la réforme « néfaste » des contrats responsables qui est « une véritable aubaine pour les organismes complémentaires, subventionnés par l’argent public », dont « les cotisations restent élevées, mais dont les remboursements s’effondrent ». Selon la candidate, cette réforme « introduit à court-terme une aggravation des inégalités d’accès aux soins, et à moyen-terme une véritable fracture sanitaire ».

Par ailleurs, le remplacement des mutuelles étudiantes, jugées trop chères et inefficaces, par une intervention directe de l’Assurance-maladie, est évoqué.
Marine Le Pen se prononce contre le développement des réseaux de soins sur initiative des complémentaires santé, car ils peuvent selon elle, remettre en cause l’indépendance des praticiens. Elle se prononce pour l’abrogation de la Loi Le Roux.
La candidate se prononce pour une baisse du prix des mutuelles et pour une interdiction de publicité commerciale à destination des usagers. Elle évalue ainsi à 8 milliards d’euros le montant des frais de gestion des mutuelles, et notamment l’achat d’espaces publicitaires. « Je considère que les mutuelles ne sont pas là pour faire du fric, mais pour améliorer la santé des Français. ».

De manière générale, la candidate s’engage à ne pas réduire la prise en charge de soins par l’Assurance maladie, et s’oppose fermement à la privatisation des dépenses de soins. Elle considère la coexistence de deux systèmes de protection, obligatoire et complémentaire, comme « une richesse à préserver ». Elle estime néanmoins qu’il faut « mieux encadrer les complémentaires santé privées, notamment en instaurant une règle d’or budgétaire concernant les frais de gestion ». Marine Le Pen précise qu’elle souhaite interdire aux complémentaires santé de faire de la publicité pour les forcer à réduire leurs frais de gestion et donc à baisser leurs tarifs.
La candidate va plus loin, en proposant d’interdire à des assurances privées de se mêler de santé. « Nous réserverons la santé à celles dont c’est le métier : les mutuelles et les institutions de prévoyance en complémentarité, bien sûr, avec la sécurité sociale ». Marine Le Pen estime que cette mesure permettrait « d’éviter les signes de collusion entre les dirigeants et les puissances d’argent, à commencer par les gros assureurs privés ».
La candidate s’engage à négocier une baisse des prix des contrats des complémentaires et à garantir plus d’équité entre les classes d’âge.
Pour Marine Le Pen, il paraît pertinent de confier la prise en charge des médecines douces (homéopathie, cures thermales, médecine parallèle) aux complémentaires santé, dans le cadre de leurs forfaits « médecines douces ».
Marine Le Pen souhaite réviser la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C) et l’Aide à l’acquisition d’une Complémentaire Santé (ACS), afin qu’ils bénéficient au plus grand nombre, sans effet de seuil. En particulier pour l’ACS, la candidate préconise des campagnes de communication renforcées auprès du grand public afin de lutter contre le non-recours aux droits.

santé du futur

santé du futur

La candidate du Front National souhaite mettre à contribution les ingénieurs et les entreprises innovantes pour améliorer la prise en charge des patients : dispositifs de santé connectée, téléassistance et télésurveillance doivent être développés pour optimiser notre système de santé.

Marine Le Pen propose la création d’un fonds d’investissement pour l’innovation en santé, en partenariat avec la BPI. Les subventions seraient accordées aux start-up innovantes qui s’engagent à rester sur le territoire français, et à ne pas revendre pendant 10 ans leurs technologies à des entreprises étrangères.
La candidate souhaite que les médecins puissent s’équiper d’outils informatiques et numériques performants.

médicament

médicament

Marine Le Pen souhaite agir sur le prix du médicament, en utilisant la licence d’office, qui permet de commercialiser un médicament générique, avant même que le brevet du médicament autorisé n’ait expiré.
Elle préconise aussi la vente à l’unité des médicaments remboursables, afin de réaliser des économies.
La candidate estime que le prix des dispositifs médicaux est souvent prohibitif. Elle se prononce pour la fixation d’un prix maximal, après négociation avec tous les acteurs concernés. Le rajout de certains critères dans la fixation du prix, tel que le coût de revient, fait partie de ses propositions. Elle souhaite également développer les mécanismes d’adaptation des prix en fonction des résultats en vie réelle. La candidate se dit prête à « engager un bras de fer » avec les laboratoires pharmaceutiques qui refuseraient d’adapter le prix de leurs médicaments par rapport au niveau de remboursement appliqué dans le pays de commercialisation.

Enfin, la candidate souhaite une participation de la recherche publique à l’élaboration de nouveaux traitements, afin de ne pas laisser cette prérogative à de grandes puissances financières.

demain le travail

demain le travail

Marine Le Pen souhaite créer un « bouclier social » pour les travailleurs indépendants,
avec une refonte totale du RSI et notamment la possibilité qu’il fonctionne à l’avenir sur la base de l’auto-déclaration trimestrielle des revenus. Si elle est élue, la candidate entend imposer une amnistie fiscale pour les arriérés du RSI. Elle propose aussi la possibilité pour les indépendants du choix de s’affilier au régime général ou de conserver la spécificité de leur régime. Marine Le Pen
La candidate du Front National propose de créer un secrétariat d’Etat dédié aux mutations économiques, rattaché au ministère des Finances. Ce secrétariat d’Etat permettrait d’anticiper les évolutions des formes de travail liées aux nouvelles technologies (ubérisation, robotisation, économie du partage…).

prévention, santé et environnement

prévention, santé et environnement

Le collectif « usagers de la santé » propose de renforcer les plans « cancer » et « Alzheimer », et de créer un grand plan de lutte contre la douleur chronique.
Marine Le Pen propose de lutter contre le tabagisme au moyen de campagnes et de politiques d’incitation, mais se déclare opposée à l’augmentation du prix du tabac.

maintien de l'autonomie

maintien de l'autonomie

La candidate du Front National préconise la création d’une 5e branche de la Sécurité sociale, consacrée à la dépendance et au handicap. Marine Le Pen souhaite aussi que la France redevienne un leader mondial de la « Silver économie ».

Sur le volet vieillissement de la société et dépendance, Marine Le Pen propose la revalorisation de 20% de l’ASPA (minimum vieillesse), dont le bénéfice serait réservé aux ressortissants français, ou résidant en France depuis 20 ans. Cette mesure devrait permettre, selon la candidate, de rehausser le montant des petites retraites.

La candidate du Front National souhaite également instaurer une Prime de Pouvoir d’Achat (PPA) d’un montant de 80 euros, à destination des bas revenus et des petites retraites, financée par une contribution sociale sur les importations de 3%.

Sur le volet handicap, Marine Le Pen propose notamment de :
- Revaloriser l’Allocation Adulte Handicapé (AAH) de 20%. Le coût estimé de cette mesure serait de 1,6 milliards d’euros.
- Créer des mesures plus incitatives à l’embauche de personnes handicapées, et renforcer la lutte contre les discriminations.
- Etendre le droit à l’oubli aux majeurs en rémission d’affection de longue durée, avec un délai maximal de 5 ans.
- Développer une prise en charge digne de l’autisme.

l'essentiel

Infographie Candidat

Partager cette infographie